Si le factchecking est indispensable à une époque où complotisme, propagande et contre vérités viennent perturber débats publics et cohésion sociale, il a des limites. La première étant comment persuader des personnes méfiantes quant à la nature même de l’information donnée par les médias de la vérité et de la valeur du raisonnement du fact-checking ?
Il faut donc donner les moyens aux publics d’accueillir ces informations et inculquer en amont une éducation spécifique. De nombreux outils existent, et apprendre à douter est un de ceux-là et certainement un outil indispensable pour avoir une réelle indépendance de l’esprit (critique)

“Il ne s’agit pas d’introduire le doute nihiliste qui s’applique à tout, sans discernement, et qui essaie de faire passer l’ignorance des faits et des mécanismes de la communication pour la manifestation la plus aboutie de l’esprit critique. Mais le doute constructif, celui qui amène à une suspension provisoire du jugement, dans l’attente d’investigations plus poussées menées de manière méthodique.”

A lire sur The Conversation France