Si la Russie se déconnecte ou est exclue des organes directeurs de l’Internet, ce dernier pourrait ne plus jamais être le même pour chacun d’entre nous.

La déconnexion de la Russie des services en ligne de l’Occident a été brusque et sévère. 

Facebook a été entièrement bloqué par les autorités russes, tandis que Twitter est presque entièrement coupé. De nombreuses autres entreprises se sont volontairement retirées du marché russe, notamment Apple, Microsoft, TikTok et Netflix. 

Mais toutes ces entreprises ne sont que des services qui utilisent l’internet, et non les technologies ou les accords qui le font fonctionner. Des scissions plus profondes sont à prévoir, provoquées par des actions des deux côtés. Ces actions ont fait naître la crainte d’un “splinternet”, c’est-à-dire qu’au lieu de l’internet mondial unique que nous connaissons aujourd’hui, nous avons un certain nombre de réseaux nationaux ou régionaux qui ne se parlent pas et utilisent peut-être même des technologies incompatibles. 

Cela signifierait la fin de l’internet en tant que technologie de communication mondiale unique. Si des pays comme la Chine, la Russie et l’Iran mettent en place des organes de gouvernance et un réseau rivaux, seul l’accord mutuel de toutes les grandes nations du monde pourra le reconstruire.

A lire sur la MIT Technology Review :

https://www.technologyreview.com/2022/03/17/1047352/russia-splinternet-risk/?