Jacques Ellul l’a rappelé sans cesse, dans une société technicienne la loi de Gabor prévaut, à savoir « tout ce qui est possible sera nécessairement réalisé, toutes les combinaisons possibles seront exhaustivement tentées. »

Les politiques en se saisissant des nouveaux outils techniques (selon des principes rarement guidés par l’éthique) le prouvent. Ainsi, la MIT Technology Review étudie les applications développées par Trump et Biden pour la campagne présidentielle.

En effet, si les médias sociaux ont été les champs de bataille de l’élection de 2016, celle de 2020 se joue via des “app.” sur-mesure.

L’avantage ? Elles leur permettent de s’adresser directement à leur électorat sans avoir besoin de s’appuyer sur les principales plateformes et donc de s’exposer à une vérification par des tiers de la teneur et de la véracité des messages ; et au passage de collecter d’énormes quantités de données sur les utilisateurs…

Au fait, l’application de Trump s’inspire de celle développée par le 1er Ministre indien Narendra Modi (nationaliste, membre du BJP, issu des rangs des milices fascistes…)
Nous voilà prévenus…