Mary de Vivo, vous dirigez une salle mythique, Le Réservoir, que sont la culture et la création pour vous?

Interview Femmes de culture –
Octobre 2020

Je suis d’origine italienne, issue d’une famille  intellectuels et entourée de comédiens. Je suis montée sur les planches à l’âge de 7 ans puis j’ai été élève de Vittorio Gassman. C’était ma première vie ! J’adore apprendre et je me suis toujours passionnée pour de nouveaux domaines. J’ai ainsi suivi, après ma carrière de comédienne des cours de gestion médicale puis des études de sport. Puis un coup de foudre me mène à Paris. J’abandonne tout et je repars à zéro ! Je prends des cours de diction et ambitionne de reprendre ma carrière de comédienne. Mais un autre projet me tient à cœur : celui du Réservoir ! Mon coup de cœur était musicien, je me suis naturellement passionnée pour son métier et je l’ai aidé à monter ses studios d’enregistrement. J’aime guider, pousser les talents, c’est dans ma nature ! Je me lance alors, pour construire mon rêve brique à brique, dans des emplois de secrétaire de direction, de prof d’italien, de prof de gym… Je fonde même une compagnie de théâtre, véritable vivier de jeunes comédiens collant au répertoire classique. Quand je deviens mère, je décide de créer un grand endroit convivial où chacun pourrait exprimer son talent à sa guise, sans jugement, sans contraintes. Je rêve d’une oasis de liberté pour l’art ! Vittorio Gassman lui-même encourageait cette émulation artistique et amicale. Le partage c’est toute ma vie ! Quelques économies en poche, je fais le tour des banquiers de la capitale et j’obtiens un prêt pour acquérir ce qui deviendra le Réservoir. C’est alors un ancien entrepôt désaffecté mais le déclic est au rendez-vous ce jour-là ! J’imagine déjà les concerts et les représentations qui s’y tiendront mais aussi les projections, les courts métrages, les expositions de peinture, les soirées, les anniversaires. J’ai l’intuition que le tout Paris se côtoiera bientôt dans ce lieu, long temps et cela depuis 1995.

Donc la culture c’est la vie!

Comment cela sincarne au Réservoir ?

La décoration est le fruit de mon imagination. Elle a été réalisée par Jean-Paul Bernard, Anne-Cécile Ribeiro, Leeb et 40 autres intervenants. C’est un repère baroque impressionnant au cœur duquel s’alternent meubles dorés, miroirs, petites bougies et gros lustre. Des cages à oiseaux entourent la scène, les banquettes sont des lits à baldaquins, les tentures et les sculptures confèrent au lieu une touche inimitable. C’est un peu le paradis du mécénat pour toutes les formes d’art et d’expression culturelle. Le public du Réservoir est totalement hétéroclite et tant mieux ! Le Réservoir, c’est le cœur battant de la Bastille ! Un haut lieu de la nuit parisienne. Tout le monde peut y venir. Niveau programmation, j’ai un carnet d’adresses impressionnant ! J’invite les meilleurs des artistes qu’ils soient connus ou pas et des coups de cœur également. J’ai fait venir Toto, Tricky, The Cure, Placebo, Jimmy Cliff, Bruel, Souchon… et la liste est longue ! Des représentations de café-théâtre ont également lieu. Nous avons eu Frank Dubosc mais aussi Django Edwards. Les anniversaires de stars et les soirées « people » sont très nombreux , des événements exceptionnels dans le plus grand secret sont organisés au Réservoir et ailleurs dans le monde. Quoiqu’il se passe à Paris, le Réservoir reste le lieu des belles prestations par excellence ! Je mets tout en œuvre pour avoir les meilleurs : équipements, prestations artistiques, cuisine du monde, bar. Ici tout est 100% artisanal et fait avec passion ! Les concerts très privés sont de véritables bijoux sonores !

Vous avez aussi écrit un guide pour les jeunes artistes, promouvoir les nouvelles générations cest important pour vous ?

La promotion de jeunes talents est ma raison de vivre. Je donne carte blanche à de jeunes artistes et je m’occupe de leur lancement en invitant des professionnels. En tant que productrice, j’ai fait participer des jeunes talents à côtoyer des grands au Réservoir, à l’Olympia, ou ailleurs.  En ce moment Oh César, voit le jour LE GRAND BAL SOLEIL, un vendredi par mois. Je sens qu’on va remplir le Stade de France un jour comme les KASSAV l’ont fait.

Ces fonctions variées et multiples, toujours dans le monde artistique, me permettent de véritablement révéler des talents, ceux là même qui se produiront demain au Réservoir !

Aujourdhui, comment voyez-vous lavenir des salles de concerts & spectacles ?

Là, The Sex Pistols vont répondre pour moi : “NO FUTURE »!

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager auprès de 100 Femmes de Culture ?

Un pape a dit : “DIO é MAMMA ». Quinze jours plus tard il est mort dans des conditions mystérieuses. Je suis sûre que le monde se porterait mieux avec que des gens qui savent donner la vie dans le but de la pérenniser, la stabiliser avec justice, sincérité, honnêteté et bon sens, espèce rare de nos jours.

POUR FEMMES DE CULTURE – OCTOBRE 2020