Pendant la pandémie elle s’est tournée vers Minecraft et Zoom. Avec son assistant, Matthias Planitzer, elle a commencé à créer différents mondes – ou “builds”, en langage des jeux – pour mettre en scène des spectacles dont la pièce controversée de Bertold Brecht “The Decision” soulevant des questions essentielles alors que le metavers affole les foules (et les marques 💸 ) : Y a-t-il quelqu’un de vraiment vivant dans le monde numérique ? Pouvez-vous vous considérer comme vivant lorsque vos actions, vos émotions et votre langage sont façonnés par de vastes entités corporatives dont la seule fonction est de générer du capital ?

En 2017, Hito Steyerl a été la première femme à figurer en tête de la liste “ArtReview Power 100” pour ses “prises de position politiques et ses expérimentations formelles”. 

————————————-
⬇️ Co-commandée par 180 Studios et conçue pour la 58e Biennale de Venise, This is the Future, dont la bande sonore est composée de Kojey Radical et Susumu Yokota, suit une femme qui part à la recherche d’un jardin qu’elle a dû cacher dans le futur afin de le protéger. Les fleurs numériques de Power Plants sont générées par des réseaux neuronaux qui sont programmés pour prédire l’avenir en calculant la prochaine image de la vidéo.