Ce qui devait arriver, arriva. Robert Williams pourrait être la première personne arrêtée aux USA en raison d’un “mauvais match”.

Comprendre, une erreur de reconnaissance faciale.

“I just see a big black guy” c’est ce que Robert Williams a déclaré quand la police lui a montré les images qui selon elle prouvaient sa culpabilité. Accusé de vol, l’homme avait pourtant un alibi.
Cette erreur, n’est pas à regarder uniquement comme telle. Elle est la preuve de ce que beaucoup dénoncent depuis longtemps déjà : l’utilisation de la reconnaissance faciale n’est pas fiable, pire elle peut être dangereuse.

Lire l’article du New-York Times

Cela lève le voile aussi sur une pratique glaçante : l’utilisation de base de données par la police. Ainsi la moitié des adultes américains a sa photo dans une base de données, et en l’espèce la police du Michigan a utilisé un algorithme de reconnaissance faciale pour comparer les images de surveillance du vol à une base de données d’État de 49 millions d’images, y compris la photo du permis de conduire de Williams.

Une question, si Robert Williams a été libéré, combien sont déjà aujourd’hui, aux USA ou ailleurs, faussement accusés voire condamnés à cause d’une erreur algorithmique

A lire, l‘article de Wired