“Le constat est cru : Facebook utilise les populations désavantagées et les territoires disposant de régulation du numériques lapidaires pour mener des expérimentations numériques et réaliser une extraction massive de données.”

Garantir un accès universel à Internet, c’était la promesse faite par Facebook en 2013 au lancement de Freebasics. D’apparence philanthropique cette initiative participe pourtant bien de la même stratégie qui guide l’entreprise du Zuck : constitution de monopole et mainmise sur l’ensemble de la chaîne numérique, notamment les infrastructures

La concentration des pouvoirs et le poids des Bigtech ne cesse d’augmenter, renforçant l’urgence qu’il y a à légiférer pour qu’ils cessent d’être ces menaces pour la démocratie, la souveraineté numérique et l’indépendance stratégique.

Article à lire sur Le Vent Se Lève