Commercialisation de l’expérience humaine privée, pouvoir instrumentarien, capitalisme de surveillance, démocratie assiégée…

A lire l’entretien de Laurent de Sutter avec ShoshanaZuboff

“A partir du moment où l’humanité en tant que telle constitue la matière première du capitalisme de surveillance, il ne s’agit plus seulement de voler ce qui, auparavant, appartenait à l’expérience privée des individus, de s’approprier leurs droits épistémiques. L’enjeu est de parvenir à créer des concentrations de connaissance telles qu’un nouvel axe d’inégalité sociale apparaisse, remettant en cause l’idéal de démocratisation du savoir qui a accompagné toute la modernité. Grâce à ce savoir, un petit nombre d’acteurs sociaux et économiques jouissent de la faculté de faire faire à tous les autres des choses qu’ils n’auraient pas faites d’eux-mêmes – dans leurs propres buts.”

L’entretien dans Le Vif